Fermer
Run Code

Plan du site

Plan du site

Appartenir s’ouvre sur une lettre adressée aux enfants du poète : Léo, Juliette, cette nuit, j’ai traversé l’Atlantique. Ainsi commence le journal poétique d’une vie sur la route, de voyage en voyage jusqu’aux territoires abandonnés de l’enfance. D’Uppsala en Suède au quartier de Rosemont Petite-Patrie, en passant par Berlin, New-York et Quetzaltenango, le recueil est traversé d’un désir ambigu : s’ancrer dans un lieu ou le fuir ? Partir ou rester ? Appartenir à un pays ou se tenir à part, dans l’ailleurs accumulé des nombreux déplacements. À la fois récit d’immigration et déambulation littéraire dans les espaces de la mémoire, la poésie d’Hector Ruiz devient une quête d’appartenance au présent, afin d’offrir un leg aux enfants qui incarnent, dans l’indicatif du lieu, les plus fortes racines.

 

 

Partager